What is Divestment?


Divestment, put simply, is the opposite of investment: it means intentionally removing investments from a particular company, industry, or sector. In the university context, this means selling the university’s stocks, bonds, and other forms of invested funds in a particular industry, and foregoing future investments in that industry. Divestment campaigns have their roots in the South Africa anti-apartheid movement. The public pressure generated by that movement ultimately resulted in the US Congress passing legislative sanctions on South Africa.   


Fossil fuel divestment means removing investments from the fossil fuel industry, i.e. all investments in companies that generate revenue from the extraction, transport, or processing of oil, gas, and coal. The fossil fuel divestment campaign started in 2012 on university campuses and has since become a major force for climate justice, leading the transition away from fossil fuels and towards a just and sustainable renewable energy-based economy. 


Canadian universities that have committed to full or partial divestment include Laval University, Concordia University, University of British Columbia, University of Guelph, and Université de Québec à Montréal. Over 1000 institutions including New York City and Ireland have divested $14 trillion from the fossil fuel industry. 


Why Should Institutions Divest? 


Fossil fuel companies are the primary drivers of the climate crisis and have been aware of the impact of their business model on the planet for over 50 years. The fossil fuel industry is also one the biggest perpetrators of racial and colonial violence with a long history of forcing Indigenous peoples from their lands, polluting Indigenous, Black and People of Colour (IBPOC)’s air, land and water and financing the colonial police force. It is well documented that extraction and transportation companies’ ‘man camps’ are directly linked to the Missing and Murdered Indigenous Women and Girls epidemic.


In order to avoid irreversible climate catastrophe, at least 80% of known fossil fuel reserves must be kept in the ground. Instead of winding down production to a safe trajectory, fossil fuel firms are continuing to push for new pipelines, new mines, new drilling projects, and exploration for new reserves. Global fossil fuel production is heading for 50% more than is consistent with 2°C of warming over pre-industrial levels, and 120% more than 1.5°C by 2030, spelling disaster for our planet. Fossil fuel companies have spent the past five decades obstructing meaningful government action on climate change by pouring billions of dollars into misinformation campaigns and  lobbying


In order to transition towards a just and sustainable future, we will need to break the hold the fossil fuel industry has over our political, financial, educational, social and cultural institutions. In contrast to the flawed “low carbon” investing and alternative “responsible investing” strategies, divestment sends a powerful political message that stigmatizes the fossil fuel industry and propels the transition away from a fossil fuel-based economy to one fuelled by sustainable renewable energy. Divestment also rejects the racial and colonial violence propagated by this industry, strengthening movements for justice for IBPOC communities. Educational institutions have enormous power to harness their intellectual and moral authority to help remove social license from this industry.


In the long-run, divestment influences public policy and restricts fossil fuel firms’ access to capital. The movement has driven some of the largest asset management firms globally to withdraw financial support from the fossil fuel industry, and insurance firms to stop underwriting fossil fuel companies. Fossil fuel companies are increasingly citing divestment as a material risk to their continued operation. 


What is the Investing to Address Climate Change Charter?


In June 2020, the University of Toronto and McGill University announced the Investing to Address Climate Change charter, signed by 13 other Canadian universities, in an attempt to signal action on climate change. The charter called on signatories to adopt frameworks of responsible investment by incorporating ESG factors into their investing practices, and to regularly measure the carbon intensity of investment portfolios with target reductions. 


The Investing To Address Climate Change Charter is not only inadequate, but is a deceptive tactic that pretends to address the climate crisis while deflecting universities’ responsibility to take real climate action. The investing practices listed are misleading and flawed, failing to meet the Charter’s stated goal of “foster[ing] the transition to a low-carbon economy.” By adopting low carbon intensity goals instead of excluding fossil fuel companies from investment portfolios completely, our educational institutions are continuing to fund the destabilization of our climate and genocide of Indigenous peoples. 


What is “Low-Carbon” Investing?


Many universities have committed to “low-carbon” investing. While “low-carbon” investing may sound promising, taking a deeper look reveals that it is a false solution.


When a firm adopts “low-carbon” investment practices, they do so by setting carbon intensity reduction targets for their investment portfolio. However,  investment carbon footprinting methodologies only take into account direct emissions (scope 1 and 2), and exclude the emissions of a product “downstream” (scope 3). For example, because approximately 99 percent of life-cycle emissions from coal occur during combustion, these emissions are excluded from a coal mining company’s investment carbon footprint. Thus, the extraction and transportation companies in this chain of production may be  considered “low carbon” by these carbon accounting methods. In 2016, when UBC initially proposed a “low-carbon” fund, the fund was projected to include companies like Enbridge, Shell, ExxonMobil, Kinder Morgan. Clearly, these companies are not low-carbon. 


When “low-carbon” is proposed as an alternative to divestment, it ignores the many other reasons for divesting, namely the industry’s long history of racial and colonial violence, lobbying against any steps towards climate action and misinforming the public on climate science.


What is ESG?


ESG stands for Environmental, Social, Governance. It is becoming an increasingly common practice among the investment community to reduce financial risks related to issues that fall under these categories. The strategy is very limited though when it comes to actually addressing these issues. ESG ratings are not standardized or regulated. Rating firms use different methodologies and metrics leading to inconsistent and widely contradictory ratings. This allows companies to claim they are leaders in an ESG area while not adhering to consistent comparative standards. In some cases, a company’s score is calculated relative to its global industry peer group, meaning that decent ratings can be given to a company that simply performs better than the average of  their peers — even if average standards are very low. 


What is Shareholder Engagement?


Shareholder engagement is a strategy undertaken by investors to influence companies they are invested in to change their practices. It may involve drawing up shareholder resolutions, voting at shareholder meetings or engaging in dialogue with the company.


While shareholder engagement is a proven strategy for improving practices with respect to various environmental, human rights and labour issues, it is not an option when it comes to the fossil fuel industry. There is no engaging with a company whose fundamental business model is based on burning five times more carbon than a safe climate can allow. Instead of winding down production to a safe trajectory, fossil fuel firms are continuing to lobby against climate action and explore for new reserves. Considering that renewable energy makes up only 1% of fossil fuel companies’ capital expenditure, it is apparent that these corporations are not transitioning at the pace necessary to meet global climate targets. Fossil fuel companies are not well positioned to lead the renewable energy revolution given the significant technical and operational differences between energy sources.


While some companies such as Shell, BP and Total have committed to become “net zero,” these commitments do not indicate the companies are planning to undergo the necessary transformation. The net zero commitments mostly apply to direct emissions, allowing the companies to continue to produce fossil fuels long into the future. Further, the companies have not established short term targets or a path to get there. Much of this commitment will rely on carbon offsets, putting the responsibility on someone else to remove the carbon from the air. This is far from the wind-down of fossil fuel extraction that we need.


What are the Implications of Divestment for Trustees’ Fiduciary Duties?


Trustees have a fiduciary duty to manage long-term risks of their endowments. Because divestment from fossil fuels is financially prudent, trustees should divest in order to uphold their fiduciary duty. Fossil fuel investments are fundamentally risky and overvalued. Ongoing structural risks to the fossil fuel sector include rising extraction costs, low and at times negative oil prices, competitive alternative energy sources, litigation, public opposition and the growing divestment movement. BlackRock, one of the world’s largest investment management firms, made the decision to divest from coal in 2019 after an estimated $90 billion loss incurred from continued investment in fossil fuels. Portfolios that screen out fossil fuels, on the other hand,consistently perform equal to — if not better than — portfolios that have not. Investing in fossil fuels means neglecting climate risks, which could result in trustees being held liable

How Can Universities and Colleges Invest in a Just Recovery?

Our present moment is wrought with intersecting crises — a global climate emergency, a pandemic, ongoing racial and colonial violence, and an incoming global recession that will exacerbate existing economic and social inequalities. Across Canada, communities have been calling on leaders and institutions to Build Back Better and embark on a Just Recovery as we collectively emerge from COVID-19.


By allocating investment capital into local community projects, such as clean energy, safe and affordable housing, sustainable local agriculture, community wealth co-operatives and worker-owned businesses, educational institutions can play a role in shifting our society from an extractive to a just and regenerative economy — one that works for all and sustains our economy for the future. For instance, in line with national calls to defund the police and abolish the prison-industrial complex, we now have an opportunity to re-allocate wealth towards communities that have long been exploited, especially Black and Indigenous communities.



Qu’est-ce que le désinvestissement?


Le désinvestissement, en termes simples, est l’opposé de l’investissement: cela signifie de retirer intentionnellement des investissements d’une entreprise, d’un secteur ou d’un secteur particulier. Dans le contexte universitaire, cela signifie vendre les actions, obligations et autres formes de fonds investis par l’université dans un secteur particulier et renoncer aux investissements futurs dans ce secteur. Les campagnes de désinvestissement ont leurs racines dans le mouvement anti-apartheid sud-africain. La pression publique générée par ce mouvement a finalement conduit le Congrès américain à adopter des sanctions législatives contre l’Afrique du Sud.


Le désinvestissement des combustibles fossiles signifie supprimer les investissements de l’industrie des combustibles fossiles, c’est-à-dire tous les investissements dans des entreprises qui génèrent des revenus provenant de l’extraction, du transport ou du traitement du pétrole, du gaz naturel et du charbon. La campagne de désinvestissement des combustibles fossiles a débuté en 2012 sur les campus universitaires et est depuis devenue une force majeure pour la justice climatique, menant la transition loin des combustibles fossiles vers une économie juste et durable basée sur les énergies renouvelables.


Les universités canadiennes qui se sont engagées à un désinvestissement total ou partiel comprennent l’Université Laval, l’Université Concordia, l’Université de la Colombie-Britannique, l’Université de Guelph et l’Université du Québec à Montréal. Plus de 1000 institutions, dont New York et l’Irlande, ont désinvesti 14 milliards de dollars de l’industrie des combustibles fossiles.


Pourquoi les institutions devraient-elles se désengager?


Les entreprises de combustibles fossiles sont les principaux moteurs de la crise climatique et sont conscientes de l’impact de leur modèle économique sur la planète depuis plus de 50 ans. L’industrie des combustibles fossiles est également l’un des plus grands auteurs de violence raciale et coloniale avec une longue histoire d’expulsion des peuples autochtones de leurs terres, polluant l’air, la terre et l’eau des peuples autochtones, noirs et de couleur (IBPOC) et finançant la police coloniale. Il est bien établi que les «camps d’hommes» des entreprises d’extraction et de transport sont directement liés à l’épidémie de femmes et de filles autochtones disparues et assassinées.


Afin d’éviter une catastrophe climatique irréversible, au moins 80% des réserves connues de combustibles fossiles doivent être maintenues dans le sol. Au lieu de réduire progressivement

la production vers une trajectoire sûre, les entreprises de combustibles fossiles continuent de faire pression pour de nouveaux pipelines, de nouvelles mines, de nouveaux projets de forage et pour l’exploration de nouvelles réserves. La production mondiale de combustibles fossiles se dirige vers 50% de plus que ce qui est cohérent avec 2 ° C de réchauffement par rapport aux niveaux préindustriels, et 120% de plus que 1,5 ° C d’ici 2030, ce qui est un désastre pour notre planète. Les entreprises de combustibles fossiles ont passé les cinq dernières décennies à faire obstacle à une action gouvernementale significative contre le changement climatique en investissant des milliards de dollars dans des campagnes de désinformation et des activités de lobbying.


Afin de faire la transition vers un avenir juste et durable, nous devrons rompre l’emprise de l’industrie des combustibles fossiles sur nos institutions politiques, financières, éducatives, sociales et culturelles. Contrairement aux stratégies imparfaites d’investissement «à faible émission de carbone» et alternatives «d’investissement responsable», le désinvestissement envoie un message politique puissant qui stigmatise l’industrie des combustibles fossiles et propulse la transition d’une économie basée sur les combustibles fossiles vers une économie alimentée par des énergies renouvelables durables. Le désinvestissement rejette également la violence raciale et coloniale propagée par cette industrie, renforçant les mouvements pour la justice des communautés IBPOC. Les établissements d’enseignement ont un pouvoir énorme avec leur autorité intellectuelle et morale pour aider à supprimer la licence sociale de cette industrie.


À long terme, le désinvestissement influence les politiques publiques et restreint l’accès des entreprises d’énergies fossiles au capital. Le mouvement a poussé certaines des plus grandes sociétés de gestion d’actifs au monde à retirer leur soutien financier à l’industrie des combustibles fossiles et les compagnies d’assurance ont cessé de souscrire aux entreprises de combustibles fossiles. Les sociétés de combustibles fossiles citent de plus en plus le désinvestissement comme un risque important pour leur viabilité.


Qu’est-ce que la charte Investir pour lutter contre les changements climatiques?


En juin 2020, l’Université de Toronto et l’Université McGill ont annoncé la charte Investir pour lutter contre le changement climatique, signée par 13 autres universités canadiennes, dans le but de signaler une action contre le changement climatique. La charte appelait les signataires à adopter des cadres d’investissement responsable en intégrant les facteurs ESG dans leurs pratiques d’investissement, et à mesurer régulièrement l’intensité carbone des portefeuilles d’investissement avec des objectifs de réduction.


La charte «Investir pour lutter contre le changement climatique» est non seulement inadéquate, mais constitue une tactique trompeuse qui prétend faire face à la crise climatique tout en détournant la responsabilité des universités de prendre de véritables mesures climatiques. Les pratiques d’investissement énumérées sont trompeuses et erronées, car elles n’atteignent pas l’objectif déclaré de la Charte de «favoriser la transition vers une économie à faibles émissions de carbone». En adoptant des objectifs de faible intensité en carbone au lieu d’exclure complètement les entreprises de combustibles fossiles des portefeuilles d’investissement, nos établissements d’enseignement continuent de financer la déstabilisation de notre climat et le génocide des peuples autochtones.


Qu’est-ce que l’investissement «à faibles émissions carbone»?


De nombreuses universités se sont engagées à faire des investissements à «faibles émissions carbone». Si l’investissement «à faible émission carbone» peut sembler prometteur, un examen plus approfondi révèle qu’il s’agit d’une fausse solution.


Lorsqu’une entreprise adopte des pratiques d’investissement «faibles en carbone», elle le fait en fixant des objectifs de réduction de l’intensité carbone pour son portefeuille d’investissement. Cependant, les méthodologies d’investissement de l’empreinte carbone ne prennent en compte que les émissions directes (types 1 et 2) et excluent les émissions d’un produit «en aval» (scope 3). Par exemple, étant donné qu’environ 99% des émissions du cycle de vie du charbon se produisent pendant la combustion, ces émissions sont exclues de l’empreinte carbone des investissements d’une société minière. Ainsi, les entreprises d’extraction et de transport de cette chaîne de production peuvent être considérées comme «à faibles émissions carbone» par ces méthodes de comptabilisation du carbone. En 2016, lorsque l’UBC a initialement proposé un fonds «à faible émission de carbone», le fonds devait inclure des sociétés comme Enbridge, Shell, ExxonMobil, Kinder Morgan. De toute évidence, ces entreprises ne sont pas à faible émission de carbone.


Lorsque le terme «à faibles émissions carbone» est proposé comme alternative au désinvestissement, cela ignore les nombreuses autres raisons de désinvestissement, à savoir la longue histoire de violence raciale et coloniale de l’industrie, le lobbying contre toute mesure en faveur de l’action climatique et la désinformation du public sur la science du climat.


Qu’est-ce que l’ESG?


ESG signifie Environnement, Social et Gouvernance. Il est de plus en plus courant au sein de la communauté des investisseurs de réduire les risques financiers liés aux problèmes qui relèvent de ces catégories. La stratégie est cependant très limitée lorsqu’il s’agit de résoudre ces problèmes. Les notations ESG ne sont ni normalisées, ni réglementées. Les agences de notation utilisent des méthodologies et des paramètres différents, ce qui conduit à des notations incohérentes et largement contradictoires. Cela permet aux entreprises de prétendre qu’elles sont des leaders dans un domaine ESG tout en ne respectant pas des normes comparatives cohérentes. Dans certains cas, le score d’une entreprise est calculé par rapport à son groupe de pairs industriels du secteur mondial, ce qui signifie que des notes décentes peuvent être attribuées à une entreprise qui fonctionne simplement mieux que la moyenne de ses pairs, même si les normes moyennes sont très faibles.


Qu’est-ce que l’engagement des actionnaires?


L’engagement des actionnaires est une stratégie entreprise par les investisseurs pour inciter les entreprises dans lesquelles ils investissent à changer leurs pratiques. Il peut s’agir de rédiger des résolutions d’actionnaires, de voter aux assemblées d’actionnaires ou d’engager un dialogue avec la société.



Si l’engagement des actionnaires est une stratégie éprouvée pour améliorer les pratiques en ce qui concerne diverses questions environnementales, de droits de la personne et de travail, ce n’est pas une option dans le secteur des combustibles fossiles. Il n’y a aucun engagement avec une entreprise dont le modèle commercial fondamental est basé sur la combustion de cinq fois plus de carbone qu’un climat sûr ne peut le permettre. Au lieu de réduire progressivement la production vers une trajectoire sûre, les entreprises de combustibles fossiles continuent de faire pression contre l’action climatique et d’explorer de nouvelles réserves. Étant donné que les énergies renouvelables ne représentent que 1% des dépenses en capital des entreprises de combustibles fossiles, il est évident que ces entreprises ne font pas la transition au rythme nécessaire pour atteindre les objectifs climatiques mondiaux. Les entreprises de combustibles fossiles ne sont pas bien placées pour mener la révolution des énergies renouvelables étant donné les différences techniques et opérationnelles importantes entre les sources d’énergie.



Si certaines entreprises comme Shell, BP et Total se sont engagées à devenir «net zéro», ces engagements n’indiquent pas que les entreprises envisagent de subir la transformation nécessaire. Les engagements nets zéro s’appliquent principalement aux émissions directes, ce qui permet aux entreprises de continuer à produire des combustibles fossiles longtemps dans le futur. De plus, les entreprises n’ont pas établi d’objectifs à court terme ni de voie pour y parvenir. Une grande partie de cet engagement reposera sur les compensations de carbone, donnant à quelqu’un d’autre la responsabilité d’éliminer le carbone de l’air. C’est loin d’être la fin de l’extraction des combustibles fossiles, dont nous avons besoin.


Quelles sont les implications du désinvestissement pour les fonctions fiduciaires des fiduciaires?


Les fiduciaires ont l’obligation fiduciaire de gérer les risques à long terme de leurs dotations. Étant donné que le désinvestissement des combustibles fossiles est financièrement prudent, les fiduciaires devraient se désengager afin de respecter leur obligation fiduciaire. Les investissements dans les combustibles fossiles sont fondamentalement risqués et surévalués. Les risques structurels permanents pour le secteur des combustibles fossiles comprennent la hausse des coûts d’extraction, des prix du pétrole bas et parfois négatifs, des sources d’énergie alternatives compétitives, des litiges, l’opposition du public et le mouvement croissant de désinvestissement. BlackRock, l’une des plus grandes sociétés de gestion d’investissements au monde, a pris la décision de se désengager du charbon en 2019 après une perte estimée à 90 milliards de dollars due à des investissements continus dans les combustibles fossiles. Les portefeuilles qui éliminent les combustibles fossiles, en revanche, affichent systématiquement des performances égales, voire meilleures, à celles des portefeuilles qui n’en ont pas. Investir dans les énergies fossiles, c’est négliger les risques climatiques, ce qui pourrait entraîner la responsabilité des fiduciaires.


Comment les universités et les collèges peuvent-ils investir dans une juste reprise?


Notre moment présent est marqué par des crises croisées – une urgence climatique mondiale, une pandémie, une violence raciale et coloniale persistante et une récession mondiale imminente qui aggravera les inégalités économiques et sociales existantes. Partout au Canada, les communautés ont appelé les dirigeants et les institutions à mieux reconstruire et à se lancer dans une reprise juste alors que nous émergeons collectivement de la COVID-19.


En allouant des capitaux d’investissement à des projets communautaires locaux, tels que l’énergie propre, des logements sûrs et abordables, une agriculture locale durable, des coopératives de richesse communautaire et des entreprises appartenant à des travailleurs, les établissements d’enseignement peuvent jouer un rôle dans le passage de notre société d’extraction à une société juste et une économie régénératrice – une économie qui fonctionne pour tous et qui soutient notre économie pour l’avenir. Par exemple, conformément aux appels nationaux visant à démanteler la police et à abolir le complexe pénitentiaire industriel, nous avons maintenant la possibilité de réaffecter la richesse aux communautés qui ont longtemps été exploitées, en particulier les communautés noires et autochtones.