Lettre ouverte

Nous, les étudiants soussignés, les anciens, les professeurs et les membres du public appelons tous les conseils et administrateurs des établissements d’enseignement du Canada à faire preuve de leadership face à la crise climatique en désinvestissant complètement tous les fonds d’investissement (p. Ex. Les fonds de dotation) de leurs institutions de l’industrie des combustibles fossiles et réinvestir dans des alternatives durables et justes d’ici 2025. Depuis 8 ans, les étudiants du monde entier demandent aux établissements d’enseignement de mettre fin à leurs investissements dans l’industrie principalement responsable de la crise climatique. Malheureusement, les établissements d’enseignement canadiens ont largement réagi avec négligence et retard, revendiquant un leadership climatique tout en propageant des demi-mesures et de fausses solutions.


Nous demandons aux établissements d’enseignement canadiens de répondre à toutes les demandes suivantes en consultation avec leurs groupes locaux de désinvestissement:


1. Se désinvestir du passé: s’engager immédiatement à se désengager totalement des entreprises impliquées dans l’extraction, le traitement et le transport de combustibles fossiles, et veiller à ce que tous les fonds soient réaffectés d’ici 2025. S’engager à entreprendre le désinvestissement d’autres industries nuisibles, y compris les fondations policières, les prisons privées, les fabricants d’armes et les entreprises qui violent le droit des peuples autochtones au consentement libre, préalable et éclairé (article 10 de la DNUDPA).
2. Rejeter les fausses solutions: reconnaître que l’incorporation de facteurs environnementaux, sociaux, de gouvernance (ESG), la simple réduction de l’investissement «empreinte carbone» ou «intensité carbone» et l’engagement des actionnaires sont des alternatives fondamentalement illégitimes au désinvestissement. Nous appelons les établissements d’enseignement à compléter ces pratiques insuffisantes d’investissement responsable par le désinvestissement total des sociétés de combustibles fossiles des portefeuilles d’investissement.
3. Investissez dans l’avenir: prenez un leadership significatif dans l’adoption d’une reprise juste au Canada en investissant 5% des actifs dans une économie juste et durable qui donne la priorité à la santé et au bien-être des gens et à l’aide économique pour les travailleurs et les collectivités.


Les établissements d’enseignement sont censés nous préparer à notre avenir. Au lieu de cela, ils financent activement leur destruction. En demeurant investis dans ces industries, les établissements d’enseignement canadiens choisissent de se tenir aux côtés des entreprises et de leurs modèles commerciaux exploiteurs contre  le bien-être des gens et de la planète. Il est temps que  les institutions canadiennes prennent  des mesures concrètes face à la crise climatique.


Nous reconnaissons qu’au moment de la rédaction du présent rapport, quelques de nos universités  ont déjà commencé à s’orienter dans cette direction, soit l’Université de la Colombie-Britannique, l’Université Concordia et l’Université de Guelph qui se sont  engagées à désinvestir totalement des  combustibles fossiles. 


Se débarrasser du passé

La crise climatique fait des ravages dans le monde entier, exacerbant les événements météorologiques extrêmes, la pauvreté, les pénuries alimentaires, les migrations déplacements forcées, les conflits armés et autres catastrophes dans le monde. L’industrie des combustibles fossiles est le principal moteur de la crise climatique, ayant sciemment profité de l’extraction de combustibles fossiles pendant des décennies. Ils ont passé les cinq dernières décennies à investir des milliards de dollars pour tromper le public en jetant le doute sur la science climatique fondamentale et en faisant pression sur les gouvernements du monde entier contre une action climatique significative. Les établissements d’enseignement canadiens prétendent être à l’avant-garde du développement et de la recherche scientifiques de premier plan. Un investissement continu dans des industries qui entravent si manifestement ces efforts est un acte d’hypocrisie sans honte.



Afin d’éviter une catastrophe climatique irréversible, nous devons maintenir au moins 80% des réserves connues de combustibles fossiles dans le sol. Au lieu de réduire progressivement la production vers une trajectoire sûre, les entreprises de combustibles fossiles continuent de faire pression pour de nouveaux pipelines, de nouvelles mines, de nouveaux sites de forage et l’exploration de nouvelles réserves. La production mondiale de combustibles fossiles se dirige vers 50% de plus que ce qui est compatible avec 2 ° C de réchauffement par rapport aux niveaux préindustriels, et 120% de plus que 1,5 ° C d’ici 2030 – un désastre pour notre planète.


En moins d’une décennie, 1 244 institutions ont fait preuve de leadership moral en tenant tête aux plus grands criminels climatiques en désinvestissant plus de 14 billions de dollars des combustibles fossiles. Mais ils ont également fait un choix financier prudent. Les investissements dans les combustibles fossiles sont fondamentalement risqués et surévalués. Les risques structurels permanents pour le secteur des combustibles fossiles comprennent la hausse des coûts d’extraction, des prix du pétrole bas, voire négatifs, des sources d’énergie alternatives compétitives, des litiges, une opposition du public et le mouvement croissant de désinvestissement. En raison de la mauvaise performance des entreprises de combustibles fossiles, les dotations ont subi des pertes importantes pendant des années en ne se désengageant pas de cette industrie. BlackRock, l’une des plus grandes sociétés de gestion d’investissements au monde, a pris la décision de se désengager du charbon en 2019 après une perte estimée à 90 milliards de dollars due à des investissements continus dans les combustibles fossiles. Les portefeuilles qui éliminent les combustibles fossiles, en revanche, ont toujours obtenu des performances égales – sinon meilleures – que les portefeuilles qui ne l’ont pas fait. Les administrateurs universitaires de ces portefeuilles  ont le devoir fiduciaire de gérer les risques à long terme de la dotation. Investir dans les combustibles fossiles est une violation directe de ce devoir.


À l’échelle mondiale, les sociétés de combustibles fossiles constituent une industrie extrêmement puissante de plusieurs trilliards de dollars. Afin de faire la transition vers un avenir juste et durable, nous devons rompre l’emprise de l’industrie des combustibles fossiles sur nos institutions politiques, financières, éducatives, sociales et culturelles. L’acceptation passive de l’industrie des combustibles fossiles en tant qu’élément du statu quo lui a permis d’échapper à la responsabilité et d’opérer de cette façon incontestée. Nous comptons sur nos établissements d’enseignement pour exploiter leur autorité intellectuelle pour aider à supprimer la licence sociale de cette industrie. Les établissements d’enseignement canadiens tels que l’Université de Toronto, l’Université McGill et l’Université de la Colombie-Britannique ont beaucoup d’influence et sont tenus dans une profonde révérence par les Canadiens et les gens du monde entier. Le désinvestissement total de l’industrie des combustibles fossiles par ces institutions aiderait à envoyer un message clair, constant et sans excuse que nous devons révoquer le pouvoir de cette industrie qui depuis trop longtemps n’a pas été contrôlée.


Rejeter les fausses solutions

En juin 2020, l’Université de Toronto et l’Université McGill ont annoncé la charte Investir pour lutter contre le changement climatique, signée par 13 autres universités canadiennes, dans le but de signaler une action sur le changement climatique. La charte appelait les signataires à adopter des cadres d’investissement responsable en intégrant les facteurs ESG (environnementaux, sociaux et de gouvernance) dans leurs pratiques d’investissement, et à mesurer régulièrement l’intensité carbone des portefeuilles d’investissement avec des objectifs de réduction.


Cependant, en pratique, ces principes d’investissement agissent comme des échappatoires utilisées par les institutions  pour continuer à investir dans certaines des plus grandes sociétés de combustibles fossiles au monde. Quant aux notations ESG, il n’y a aucun niveau de standardisation ou régulation. Ainsi, les compagnies d’évaluation utilisent différentes méthodes et mesures, menant à des évaluations inconsistantes et contradictoires. Cela permet aux compagnies de prétendre qu’elles sont des leaders dans le domaine ESG tandis qu’elles n’adhèrent à aucun standard spécifique. Dans de nombreux cas, le score ESG d’une entreprise est calculé par rapport à son groupe de pairs industriels, ce qui signifie que des notes décentes peuvent être attribuées à une entreprise qui fonctionne simplement mieux que l’entreprise moyenne de son groupe de pairs du secteur mondial, même si les normes moyennes sont très faibles. 


Les mesures à faible émissions de carbone ne prennent en compte que les émission directes (types 1 et 2), et excluent les émissions des produits «en aval» (type 3). Par exemple, avec l’électricité au charbon, 99% des émissions sont faites en aval de l’extraction du charbon. Les compagnies d’extraction et de transport dans cette chaîne de production sont donc considérées «à faibles émissions carbone» par ces standards d’investissement. En 2016, quand l’UBC a initialement proposé le fond «à faibles émissions carbone», le fond était supposé inclure des compagnies comme Enbridge, Shell, ExxonMobil, Kinder Morgan. Ces compagnies ne sont clairement pas «à faibles émissions carbones», pour les raisons énoncées dans cette lettre. Toute stratégie financière institutionnelle qui ne parvient pas à expulser ces entreprises de ses investissements a fondamentalement échouée en tant que mesure climatique.


L’argument selon lequel l’engagement des actionnaires avec les sociétés de combustibles fossiles les conduira à une transition suffisante vers des alternatives propres n’a aucune crédibilité. Ces entreprises sont valorisées selon l’hypothèse où elles extrairont environ cinq fois plus de réserves de combustibles fossiles que ce que les scientifiques estiment être sécuritaire, et profitent ainsi sur le dépassement des limites de réchauffement de 2 ° C. Si nous voulons sauver notre planète d’un changement climatique catastrophique, les propriétaires d’actifs devront radier 20 billions de dollars d’actifs échoués. Surtout si l’on considère que les énergies renouvelables ne représentent que 1% des dépenses d’investissement des entreprises de combustibles fossiles, ce qui prouve qu’elles ne sont pas sérieuses en matière de transition. Il devient clair que le désinvestissement est la seule option raisonnable lorsqu’il s’agit de traiter avec ces entreprises.


Investissez dans l’avenir

Comme nous le savons tous, le moment présent est marqué par des crises croisées – une urgence climatique mondiale, une pandémie, une violence raciale et coloniale en cours et une récession mondiale imminente qui aggraverait les inégalités économiques et sociales existantes. Il a également montré que nos dirigeants doivent recourir à la mobilisation de ressources importantes telles que la PCU et les prestations d’assurance-emploi pour adéquatement faire face aux crises qui menacent le bien collectif.


Partout au Canada, les communautés ont appelé les dirigeants et les institutions à « Build Back Better » et à se lancer dans une juste reprise alors que nous émergeons collectivement de la COVID-19. Nous avons besoin de leaders à tous les niveaux pour travailler ensemble afin de nous faire avancer vers un avenir qui garantit la sûreté et la sécurité pour tous et qui centre la justice, l’équité et la souveraineté autochtone.


En allouant des capitaux à des projets communautaires locaux, tels que l’énergie propre, le logement abordable, les transports publics sûrs, les liens communautaires, les infrastructures et l’agriculture locale durable, les universités peuvent jouer un rôle en nous faisant passer d’une économie extractive à une économie juste et régénératrice – une économie qui fonctionne pour tous et soutient notre économie pour l’avenir. 


Conclusion

D’un point de vue financier, écologique et moral, il est indéniablement clair que la poursuite des investissements dans les combustibles fossiles est irréalisable et irrésponsable. L’industrie des combustibles fossiles est évaluée sur la supposition que les entreprises de combustibles fossiles brûleront leurs réserves à un rythme qui pousse notre planète bien au-delà des limites écologiques. Il est inacceptable et moralement répréhensible de soutenir une industrie qui met gravement en péril notre planète.


Nous appelons nos établissements d’enseignement à réfléchir à quel genre d’avenir ils nous façonnent. Ceci est l’occasion pour eux d’investir dans un avenir juste et durable pour leurs étudiants et de se désengager de ce statu quo injuste et insoutenable. Il n’est pas exagéré de dire que le sort de l’humanité réside dans les actions que nous prendrons maintenant.


Signé(e),

Climate Action Carleton/ of Carleton University 

Climate Justice Climatique uOttawa / of the University of Ottawa                

Divest Dal / of Dalhousie University                                     

Fossil Free Lakehead/ of Lakehead University                                      

Divest McGill/ of McGill University

Climate Action of the University of Alberta/ of the University of Alberta

Climate Justice UBC (formerly UBCc350) / of the University of British Columbia 

Fossil Free Guelph / of the University of Guelph                        

Divestment and Beyond, Leap U of T, The School of Environment / of the University of Toronto                                 

Divest Sheridan/ of Sheridan College                                          

SFU350/ of Simon Fraser University                                                             

UdeM Sans Pétrole/ of de Université de Montréal                          

Divest MTA/ of Mount Allison University 

Students for Direct Action/ of the University of Calgary

UTS Sustainability and Environmental Action Committee / of the University of Toronto Schools

Divest UVic / of the University of Victoria

Fossil Free Waterloo/ of the University of Waterloo 

Divest UWinnipeg  / of the University of Winnipeg 

Climate Crisis Coalition/ of Western University 


Si vouz signez comme individu:

Individual signatures/signatures individuelles

852 signatures

Share this with your friends:

   

Latest Signatures

Si vouz signez comme représentant d’une organisation:

Organization signatures/signatures des organisations

27 signatures

Share this with your friends:

   

Latest Signatures